Rencontres Gourmandes
Par Christophe Kaprélian

KRUG en Capitale, ou le plaisir céleste

Vous êtes-vous déjà demandé jusqu’où pouvait vous emporter une bulle de Champagne ?

Haut chers amis, très haut, j’ai testé pour vous ce moment unique où l’effervescence devient ravissement !

Tout commence par une invitation, délicieuse au demeurant, d’un ami introduit comme moi là où l’on se régale de belles et bonnes choses… Ensuite, tout n’est qu’élan, transport, mouvement ascendant…

Qui l’eût deviné, en arpentant le pavé de la rue Blanche ? Même attentif, le piéton qui chemine le regard à l’horizontal sera distrait par la façade d’un théâtre, les grilles d’une caserne de pompiers, et tiens, au 32, les échafaudages d’un vaste chantier. Voilà tout.

Et pourtant c’est là, précisément où la rue se déforme dans les grilles de protection et les éboulis, que siège le lieu de mon invitation. Là, mais bien caché dans le secret du ciel, là où se niche comme un oiseau rare le dernier événement éphémère de la grande maison Krug .

Signature synonyme de prestige et de rareté, grimpons donc !

Comment là ? Mais oui, ici, dans ce petit écrin métallique percé de larges baies, et où ne rentrera chaque jour qu’une dizaine de convives, du 28 novembre au 6 décembre… Une dizaine d’élus, il faut le dire, petit cortège de bienheureux reconnaissants dont le régal des papilles a rivalisé quelques heures durant avec celui des yeux, redécouvrant Paris, sous un angle inédit et à nul autre pareil…

Voilà ce qui arrive lorsqu’un grand champagne vous fait prendre de l’altitude ! Même notre immuable Sacré-Coeur prête son architecture au serpent d’un manège géant, à moins qu’il ne fasse hommage à Saint Georges terrassant le dragon ?

Ephémère ? Oui, l’événement « Krug en Capitale » a pris fin. Mais c’est dans l’exception que se cache le sentiment de l’éternité. Aussi vrai que Paris vu du ciel conserve ses beautés, et que le champagne en ses meilleures cuvées continuera de nous faire voyager, haut, très haut…

Krug en Capitale

www.krugencapitale.fr

et bien entendu la maison Krug

www.krug.com

Lire la suite | Ajouter un commentaire | aucun commentaire

Noël, c’est l’enfance de l’or !

Mon or à moi n’est pas celui que l’on tamise dans le lit des rivières, l’obsessionnel objet de la ruée, que l’on enfermera loin des regards, dans le secret des coffres forts…

Mon or est lumière, création, partage, il sublime l’ombre par contraste et fait briller la vie sur le pavé mouillé.

Il est le feu et la fête, il est le profane et le sacré.

Il allume le désir et ravive la flamme de l’enfance, il flambe dans l’âtre et fait surgir en décembre quelques merveilleux souvenirs de Crèche, présent du Mage Melchior au soir de la Nativité…

L’or miroite et papillonne, s’amuse en maître de toutes les transparences…

Posé à l’arbre en pelotes mousseuses, il fait éloge aux étoiles autant qu’aux bulles de Champagne.

Je songe à un arbre de Jessé déployant en ses rameaux la généalogie de la lumière.

L’or est une danse où virevoltent des anges en tutu dans un ciel de duvet rose…

Les ors sont frères et s’associent sans rivalité pour capitonner la vie de rêves. Nous voici dans l’antre d’Ali Baba, à moins qu’il ne s’agisse du palais de la Belle et la Bête ?

L’or est gourmandise des yeux ! Il dresse la table comme un mirage et se flatte des promesses du cristal.

Dans le reflet de son oeil, des myriades de perles noires s’enroulent en de succulents colliers.

L’or est sortilège et inverse la roue de Fortune…Ici le sac des dames obéit au charme des serpents.

L’or est contellation, et s’il dérobe votre foulard, c’est pour en célébrer les couleurs dans un céleste Collin-maillard !

Comment, vous n’y croyez pas ? Il faut pourtant croire aux miracles pour qu’ils adviennent !

Rêvez, faites l’enfant ! Et glissez-lui donc vos voeux à l’oreille, elle en fondra de plaisir…

Patrick Roger Chocolatier
108 Bd Saint Germain
75006 Paris
01 43 29 38 42
Ainsi que 4 autres adresses à Paris,
2 en région parisienne,
Et une à Bruxelles
patrickroger.com
Lire la suite | Ajouter un commentaire | aucun commentaire

Montée des marches

C’était au soir d’une longue , ou plutôt d’une trop courte journée d’automne : l’obscurité avait gagné le jour, avant même l’heure délicieuse des scones et du darjeeling. Agenda bien rempli, je filai sur mes quatre roues dans le sillage de mes contemporains. Et puis, à l’approche de l’avenue Winston Churchill, un halo d’aurore, un faisceau diffus de satin rose.

Pause !

Tapis rouge, pour glisser tout droit au royaume des rêves ! Arche magique aux allures de meringue géante, villégiature d’Alice ou de Dame Tartine. Passé le porche, pas de lapin blanc en redingote, mais un hommage au grand Scorcese pour son dernier film.

La vie du cinéma à la rencontre du cinéma de la vie…et les lunettes 3D sont inutiles.

Lire la suite | Ajouter un commentaire | aucun commentaire
Designed by MMCréation 2011'
+