Rencontres Gourmandes
Par Christophe Kaprélian

Pleins feux sur les Caves Legrand Filles et fils !

L’endroit a beau faire partie de mes plaisirs quasi hebdomadaires, l’habitude n’a pas réussi à galvauder la sensation d’y goûter chaque fois un moment rare… Aussi, quand l’année nouvelle m’offre le plaisir de revoir une amie fort chère, connue depuis 25 ans et devenue Marseillaise d’adoption, ma proposition sonne comme une évidence :

- « Galerie Vivienne, Caves Legrand ? » et un « OUI ! » sans réserve fuse illico dans l’appareil.

Merci, Mémoire fidèle, pour ces merveilleux instants de connivence!

Galerie Vivienne, début janvier, tout en apparat rouge et or… Quel plus beau théâtre pour des retrouvailles ?

Et voici le préambule à nos causeries ! A la vitrine d’une très belle enseigne – elles le sont toutes ici, le velours d’un boudoir s’expose en clair-obscur…

Oyez, oyez, chères amies internautes : le passage Vivienne, temple du commerce, de la mode et des affaires depuis 1826, demeure entre tous un écrin au luxe et à la féminité…


Lever de rideau sur le majesteux fief des Caves Legrand ! La galerie trouve ici sa meilleure machine à remonter le temps, le bon goût serait donc l’ultime rempart aux tumultes de l’Histoire ? L’aïeule montre encore ses lettres de noblesse en extérieur, au numéro 1 de la rue de la Banque : une épicerie fine, ancienne échoppe de la Corporations des Epiciers, est établie là depuis le XVIIIème siècle, soit avant même la construction du passage. Le moment d’un aveu pour l’éternel jeune homme que je suis : c’est là, à l’âge des gourmandises adolescentes, que j’allais faire moisson de bonbons, délicieux et au meilleur rapport qualité-prix. La qualité d’une sélection « maison » qui ne s’est jamais démentie, de la boîte de sardines au bloc de foie gras…


Mais le moment des retrouvailles ne se contentera pas d’une poignée de bonbons, même s’ils sont impérissaaaables !! L’heure est venue de prendre place côté passage, ouvert sur le décor pompéien de la galerie, là où les générations successives de la famille Legrand ont su donner au fabuleux jus de la treille son éthique et sa philosophie.


Insensibles aux tendances sans lendemain, les maîtres de céans arpentent les terroirs, connaissent leurs partenaires vignerons et dénichent des pépites qui ne seront pourtant pas vendues à prix d’or… J’en veux pour preuve l’excellente bouteille de Ménetou-Salon blanc (domaine Emmanuel Pelé, 13,50€) dégustée ce soir-là et conseillée par Jean-Jacques, pilier et oracle de la boutique depuis 30 ans. Un petit bijou d’or clair, pour escorter l’assiette de fromages fermiers (Trio Lactée) et la Plancha de charcuteries fines qui font une délicieuse mise-en-bouche à la soirée.

Aux Caves Legrand, les temps changent mais la devise demeure, le meilleur au meilleur prix, y compris pour les très grands crus dont s’enorgueillit la vitrine.

Une adresse que n’aurait pas démentie l’ex-bagnard Vidocq, installé jadis au 13 de la galerie, et dont les services d’investigation faisaient l’homme le mieux renseigné de Paris…

Les Caves Legrand Filles et Fils
1, Rue de la Banque
75001 Paris
Téléphone : 01 42 60 07 12
www.caves-legrand.com
Lire la suite | Ajouter un commentaire | aucun commentaire

Paris des Chefs, rencontres de bons goûts

Vite, vite, le moment est venu de se secouer l’agenda si l’on veut participer à l’événement qui agite en ce moment le monde de la gastronomie !

Evénement culinaire mais pas que : dès dimanche prochain, à la Maison de la Mutualité, des célébrités de la scène internationale enfourchent pour leur heureux public le tandem de la création croisée. Plus précisément, 24 duos de chefs étoilés et de créateurs de tous horizons (architectes, comédiens, compositeurs, graphistes…) vont croiser leurs talents pour nous offrir en direct la preuve que les frontières et le cloisonnement sont une stupidité !

Et votre serviteur de s’incliner !

Plus encore que de côtoyer quelques « bioutifoul pipeul » (encore qu’un savoureux « live » avec Carole Bouquet n’ait rien pour me déplaire…), il y a là la possibilité d’assister aux belles correspondances qui vibrent entre les champs de création… Quelle que soit la discipline, l’harmonie préside dès lors qu’il s’agit de beau et de bon.

« C’est dans les vieux pots qu’on fait la meilleure soupe »… ? A voire !

Amateurs de tradition, c’est peut-être le moment de renouveler vos étagères ! Le Paris des Chefs, c’est aussi l’occasion de découvrir les dernières trouvailles du monde merveilleux de la cuisine : recettes en direct, ingrédients, techniques, ustensiles… et beaux livres bien sûr, avec la présence de la Librairie gourmande (séances de dédicaces à la clé) dont j’ai déjà fait l’éloge ici.

Rencontres aux sommets et régal des sens : un programme qui chatouille votre âme gourmande ?

Il reste à faire glisser votre curseur pour vous inscrire sur le site

www.parisdeschefs.com


Le Paris des Chefs les 22, 23 et 24 janvier 2012


Lire la suite | Ajouter un commentaire | aucun commentaire

Chez Josselin, Plaisir 100% pur beurre

Tonnerre de Brest ! On va peut-être me dire que l’endroit draine suffisamment de gourmands, inutile d’en rameuter davantage… Mais que voulez-vous, chez Josselin, c’est depuis 1969 que ça brasse autant que ça se régale, et depuis 30 ans que je m’y attable avec bonheur, que celui que ça fâche me jette la première crêpe !

Prévenons d’emblée les Haddock au poil vite hérissé, la maison ne prend ni la CB ni les réservations, d’où les appétits impatients qui s’alignent parfois sur le trottoir. C’est que le lieu le mérite, nom d’une pipe en bois ! Et rien n’interdit d’éviter les heures de pointe…

Quelle que soit la demande, ici on s’active avec générosité. Belle constance d’un service chaleureux et dynamique, dans une atmosphère de dimanche en Bretagne. Mobilier rustique, vaisselle en grès et jolies faïences de Quimper, le pichet de (très bon) cidre est là, ne manque plus que l’essentiel qui s’avance bien vite dans sa robe de froment ou de blé noir.

Les aficionados vous parleront avec des trémolos du beau spécimen à l’andouille de Guéméné, mais voici l’une de mes valeurs sûres : la complète avec son oeuf miroir. Pâte légère et sarrasin parfumé, garniture bien épaisse… C’est que les galettes de Josselin se servent par 2, on appelle ça « la couple », quand je vous parlais de générosité !

Tels bombarde et biniou en festnoz, c’est-à-dire toujours amoureusement « mariées », les crêpes dessert accueillent sur et sous leur pâte le caramel au bon beurre salé, le chocolat intense, la chantilly maison et autres douceurs qui affolent les papilles avant de pleinement vous rassasier. Voilà ma faiblesse : le trio miel, amandes, glace vanille…

Une galette, une crêpe, un bon cru de jus de pomme ou de cidre, et vous voilà repu et réjoui sans qu’une ardoise tragique vienne vous plomber la digestion. Idéale pour une virée copains ou en famille, une adresse qui demeure le fleuron du quartier breton de Montparnasse. Faites passer !

Crêperie Chez Josselin
67, Rue du Montparnasse
75014 Paris
Tél : 01 43 20 93 50

Lire la suite | Ajouter un commentaire | aucun commentaire

2012, année du Zèbre

Parce que sa robe rayée continue de surprendre et d’interroger

Blanc sur noir ou Noir sur blanc ?

 

Parce qu’on dit « Drôle de zèbre »

 

Parce qu’on a échoué à le domestiquer

Et à lui faire porter le bât et le harnais

 

Parce qu’il ne vit bien qu’en tribu, parmi ses congénères

 

Parce que le héros du roman éponyme refuse le déclin des passions

Et que ma devise demeure « Too much is never enough »

 

Ascendant ou totem ?

Il y a dans l’homme que je suis un peu de cet animal-là.

 

En 2012, rêvez, vibrez, goûtez, découvrez,

Vivez à plein ce que vous êtes !

Je vous promets cavalcades et étapes gourmandes, en toute Liberté…

Photo de Nicolas Schmitt
Photographe du sourire
www.nicolasschmitt.com
Lire la suite | Ajouter un commentaire | aucun commentaire
Designed by MMCréation 2011'
+