Rencontres Gourmandes
Par Christophe Kaprélian

Faites-vous la belle à L’échappée!

Il suffit parfois de pousser la porte d’une façade jaune canari pour trouver un endroit où le soleil ne fait pas de caprices ! Nappettes à carreaux, ambiance cosy, et sourires bienveillants d’un personnel très féminin (ici, le patron est une patronne), pif pof, en deux temps trois mouvements votre petit baromètre intérieur grimpe comme aux plus beaux jours de l’été. Une aubaine, surtout quand la balade gourmande se doit de régaler trois ados à l’appétit aussi affûté que l’esprit critique… Avec ma petite famille donc, le coeur régalé d’avance, j’allais explorer l’ardoise d’un bistrot pas banal, dont le cadre ménage la surprise de l’assiette.

Oui mes enfants, oui, vous avez bien sous les yeux une salade thaïe de boeuf citronnelle, et du meilleur cru s’il vous plaît, fraîche et parfumée, qui vous allume gentiment les papilles. Dans une déco ‘paname’ en diable, c’est l’Asie qui s’avance sur son assiette de porcelaine blanche. Ne reste qu’à attendre le verdict de mes chers garnements auxquels j’apprends, jour après jour, que l’ouverture du palais et de l’esprit n’est pas une fracture du crâne…
Pari réussi ! L’énorme soupe de boeuf aux nouilles ravit mes petits qui ne prennent que le temps d’un ‘super bon’ entre deux lampées. Epicée, oui, mais pas trop, car le piment de L’échappée est justement dosé pour amadouer tous les gosiers. Et pour les aventuriers de mon espèce ?
Un poulet de curry vert exactement comme il faut, adouci d’un onctueux lait de coco, mais dont les éclats parfumés rayonnent en bouche longtemps après l’avoir dégusté. Le moelleux, un rien caramélisé, du riz gluant ajoute son accord parfait à la danse des papilles.
Final fatal : ma jeune compagnie est un merveilleux alibi pour cocher sans scrupules la case dessert… Quid de ces nems en sauce épaisse ? Un régal banane-chocolat dont la légèreté dément les apparences trompeuses, mais si, c’est l’estomac délicat et prudent de mes deux fashionistas qui vous le dit ! Je souris à les voir, encore, quêter l’approbation de leur papa : comment réagirai-je dans quelques années, lorsqu’il faudra négocier une soirée à la Bellevilloise, ou à la Maroquinerie, juste à deux pas ?
Goûtons le temps présent, où tout est encore simple, bon et à petit prix (60€ pour ma petite smala et moi), et faisons l’éloge de cette jolie table dont la devise est imprimée sur la carte :  » Partager un repas ou cuisiner, c’est donner de l’amour ».
L’échappée
38, rue Boyer
75020 Paris
01 47 97 44 58
Lire la suite | Ajouter un commentaire | aucun commentaire
Designed by MMCréation 2011'
+