Rencontres Gourmandes
Par Christophe Kaprélian

Terroir parisien, échappée chic dans le ventre de Paris

 

Deux ans que l’adresse existe et qu’elle a déjà donné naissance à sa réplique dans l’ancien temple de la finance qu’est le Palais Brongniart… il était temps que j’y pose mon chapeau ! Me voilà donc au rez-de-chaussée de la Maison de la Mutualité, dans une belle salle lumineuse dont on apprécie les lignes épurées et les élégants matériaux, cuir, bois clair, sol pavé, et un très beau zinc au-delà duquel le regard plonge dans une vaste cuisine-atelier. C’est là que ça se passe, là que se mitonnent les spécialités du vrai Paris Paname, selon les voeux du grand Yannick Alléno, triple étoilé du Meurice qui a voulu un bistrot-hommage à son terroir natal. Son adage, sans appel : « Ma cuisine, c’est ma ville, et ma ville, c’est Paris ».

D’où une formidable sélection de produits, affichés en guest stars sur les ardoises murales, provenant de ces producteurs franciliens dont votre serviteur lui-même ne cesse de faire l’apologie ! Nul besoin d’être emporté par la nouvelle vague locavore, je vote itou pour le safran du Gâtinais, l’asperge d’Argenteuil et le chou de Pontoise !


 

Impossible d’honorer la vraie tradition bistrotière sans l’irremplaçable radis-beurre – qu’on pourra grignoter accoudé au zinc, tout comme le ‘veau chaud’, saucisse de tête de veau en sandwich arrosée de sauce gribiche, l’emblème de la maison – ni l’assiette de charcuterie artisanale qu’on déguste avec une baguette parfaite et son bocal de cornichons. Pâté, saucisson, rillettes, tout est bon dans le cochon, le régal est prévisible mais d’une luxueuse authenticité. Que demande le peuple ? Le service est souriant, dynamique voire un peu lapidaire, mais l’endroit a du succès, pas le temps de s’éterniser, ça tourne !


 

Sur mon set de table estampillé du label « Yannick Alléno Cuisinier français » arrive un beau pavé de boeuf au poivre, là encore irréprochable, qualité et cuisson sans défaut. Mon vis-à-vis se régale quant à lui d’un excellent boudin blanc grillé accompagné de purée de céleri truffée, l’archéologie du terroir parisien a décidément du bon ! Nous arrosons le tout d’un pichet de rouge très honorable et pas bégueule, je partage mon élégant cornet de pommes allumettes, tout bonnement délicieuses.


 

Le choix quand vient le moment du dessert est un crève-coeur, il me faut trancher entre un somptueux Paris-Brest et une brioche « Nanterre » perdue… qui ne l’a pas été pour tout le monde ! L’élan fut tel que non, pas de cliché du délice, dans l’urgence l’appareil s’est éclipsé devant la cuillère. Urgence de moins bon aloi que celle du serveur qui nettoie à grandes giclées de détergent la table d’à côté, alors que nous n’avons pas encore quitté la nôtre. Mais la bévue se compense d’élégance, on nous offre spontanément une belle assiette de mignardises pour effacer les emportements ménagers…

Au final, une équipée en terroir parisien savoureuse et parfaitement calibrée, jusqu’à une addition décente (pas donnée, quand même)… mais cela suffit-il à faire une rencontre ? A tester (en prenant soin de réserver) ici ou chez sa jumelle de la Bourse, vous m’en direz des nouvelles !

Terroir Parisien Mutualité
20, Rue Saint-Victor
75005 Paris
01 44 31 54 54
Terroir Parisien Palais Brongnard
Place de la Bourse
75002 Paris
01 83 92 20 30
Lire la suite | Ajouter un commentaire | aucun commentaire
Designed by MMCréation 2011'
+