Rencontres Gourmandes
Par Christophe Kaprélian

Aux Délices du Liban, table d’abondance…

En vadrouille à l’heure du déjeuner avec mon grand, auquel pas plus qu’à moi il ne faut faire de vaines promesses quand l’appétit creuse ! Las, nous déambulons entre le Panthéon et l’agitation touristique de la « Mouffe », où la bonne adresse se fait plus rare que la perle au fond de l’océan… Le moment de convoquer notre flair gourmand, boussole familiale et infaillible, laquelle nous guide de concert vers cette enseigne discrète et d’emblée réconfortante : pas d’écran pollueur, des nappes et serviettes en tissu, une jauge qui n’excède pas 30 couverts où l’on sent immédiatement le repaire d’habitués ; l’accueil de la patronne valide derechef notre intuition : on appelle ça la preuve par le sourire.

Nous auscultons encore la carte que tout de suite, c’est l’Orient qui s’offre dans son meilleur : vous savez, ce petit brin de menthe qui parfume et rafraîchit la carafe d’eau claire, servie avant que vous ne l’ayez demandée… dans l’infime du détail réside tout l’art de l’hospitalité. La suite confirme cette belle entrée en matière.

La table se couvre en quelques instants des mets choisis, principe des mezze où la convivialité et le sens du partage abolissent toute hiérarchie. Le kebbe boulettes coudoie le shawarma qui voisine avec la salade fattouche dans son aumônière de pain pita, tout fait régal, rivalise de saveurs et de fraîcheur. La patronne est diserte, drôle, enveloppante, elle apprécie notre coup de fourchette et nous goûtons ses anecdotes : un jour sur deux, elle reçoit en alternance le Père qui officie à l’église arménienne et celui de l’église libanaise maronite, toutes deux à proximité… à sa table où se croisent les églises d’Orient, le mezze s’incarne, elle-même parle un peu toutes les langues. Un clin d’oeil qui me touche, l’adresse a ouvert ses portes en 1968, il a donc le même âge que votre serviteur !

L’heure tourne et mon fiston me fait signe qu’il va falloir quitter cette délicieuse compagnie, faisant l’impasse sur la glace à la résine de cèdre et l’appétissant flan à la fleur d’oranger… Mais comment, s’exclame notre hôtesse avec l’accent faussement sévère d’une maman, vous n’allez pas partir comme ça !!

Enfants choyés et dociles, nous remercions pour cette belle assiette de fruits qu’elle nous offre d’autorité, dans un geste qui s’ouvre comme une corne d’abondance… Et me revient en tête cette phrase de l’immense poète libanais Khalil Gibran, « C’est dans la rosée des petites choses que le coeur trouve sa matinée et se ravive ».

Aux délices du Liban
3, Rue Estrapade
75005 Paris
Téléphone : 01 44 07 29 99
Lire la suite | Ajouter un commentaire | aucun commentaire
Designed by MMCréation 2011'
+