Rencontres Gourmandes
Par Christophe Kaprélian

Vous connaissez la musique ?…

Comme le dit si bien l’adage, on n’est jamais mieux servi que par soi-même, c’est pourquoi je m’en vais d’abord m’auto-congratuler sans complexe pour avoir participé à la grande soirée musicale du Trianon, il y a tout juste quinze jours.

Mais oui, c’était mon chapeau sur ce pouf rouge théâtre,


 

Et comme toujours je jouais avec passion les amphytrions en faisant aménager mes tables de cocktail dans un lieu dédié au spectacle depuis sa création,


 

Et pourquoi cet air de fierté, ce petit couplet d’autosatisfaction ?

Et bien je vais vous le dire, faute de pouvoir vous le chanter : il s’agissait de la cérémonie France Musique Sacem pour le prix de la meilleure Musique de film, et ô bonheur, ô gratitude, j’étais choisi pour faire le lien gourmand entre tout ce que j’aime…

J’ai donc reçu mon trophée préféré, celui de la Confiance !

Et comme tous les lauréats, ma reconnaissance ne se privera pas de son refrain bien connu…


 

Merci ! à tous ceux qui ont su garder au Trianon son âme d’antan, de la salle de bal aux escaliers dérobés qui se souviennent encore du cancan de la Goulue et des textes du Grand Jacques, écrits à l’abri du froid, dans une des loges aujourd’hui disparues…


 

Merci ! au somptueux Orchestre Philarmonique de Radio France, dirigé ce soir-là par le chef Wilson Hermanto, et qui a fait pousser dans la coulisse ces massives silhouettes de bois, écrins dignes et patients, tandis que leurs occupants s’accordaient sous le feu des projecteurs…


 

Merci ! aux compositeurs inspirés sachant donner aux pépites du 7ème art leur rythme, leur relief et leur contrepoint !

Ce 12 novembre la victoire revenait à Pawel Mykyetin pour la partition du film Essentiel Killing, et Bruno Coulais, lauréat 2011, faisait entendre sa partition commandée par Radio France.

Bien d’autres stars du métier étaient à la fête, y compris ceux qui reposent aujourd’hui au paradis des artistes, l’homme s’est éclipsé mais sa mélodie est éternelle ! Quelques notes de Kosma ou Delerue suffisent pour voir surgir Garance sur le Boulevard du crime, ou BB, sublime Camille du Mépris

Que serait Hitch, et en particulier son chef-d’oeuvre Vertigo, sans Bernard Hermann ? Et la Panthère rose sans la célébrissime partition de Henry Mancini ? Papam, papam…, désolé Mr Blake Edwards, avec le temps la musique a volé la vedette à vos images ! Allons bon, voilà mon coeur de cinéphile qui s’emballe !


 

Champagne, chers amis internautes, pensez culture, pensez cinéma, l’art qui se fête est un éternel antidote aux petits poisons du quotidien… Et viva la Musica !


France Musique

France Musique Prix de la Musique de film

Sacem

Sacem Prix de la Musique de film

Le tout dans la salle du Trianon

Trianon

Lire la suite | Ajouter un commentaire | aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Designed by MMCréation 2011'
+